Les projets inutiles

Alors que l'argent public est rare, est-il concevable de subventionner à hauteur de 850 millions d'euros une centrale électrique au gaz qui n'aurait vocation qu'à tourner que 15 jours par an en cas de besoin?

850 millions d'euros permettrait de subventionner l'isolation thermique de 160 000 maisons et d'économiser plusieurs centrales électriques toute l'année.

http://www.letelegramme.fr/finistere/centrale-au-gaz-ils-veulent-encore-y-croire-25-05-2017-11526826.php

Arlicle du télégramme

Des recours contre le projet de Landivisiau (29) étaient étudiés, ce mercredi, au tribunal administratif. L'avis du rapporteur public va dans le sens du projet, mais les opposants veulent rester optimistes.
fumee.png

Le tribunal administratif de Rennes a étudié, hier, cinq recours déposés par l'association Force 5 et plusieurs collectifs opposés au projet de centrale au gaz de Landivisiau. Au coeur des débats, les autorisations validant plusieurs constructions. Les deux gazoducs devant relier Dirinon à la centrale (20 km) et à Plumergat (110 km). Mais aussi la ligne électrique souterraine entre les postes de La Martyre (29) et de Ponant. Projet « pharaonique »

Les deux derniers recours concernent, quant à eux, les permis de construire délivrés par le préfet du Finistère à la Compagnie électrique de Bretagne (Direct Énergie et Siemens), en vue de la réalisation à proprement dite de la centrale.

Qualifiant ce projet de « pharaonique », Jean-Yves Quemeneur, président de Force 5, insiste sur son inutilité, alors que la Bretagne, l'hiver dernier, n'a pas connu de coupures de courant. « On a parlé d'une situation critique mais il n'y a même pas eu besoin de brancher les deux centrales thermiques bretonnes », complète l'avocat de l'association, Alexandre Faro, évoquant une « centrale fantôme puisque même construite, elle ne tournera pas ».

Le défenseur a également pointé du doigt la gabegie financière présumée du projet. « On est dans une période de disette économique, l'argent public est rare et on va dépenser au minimum un demi-milliard d'euros pour construire cette centrale et ses équipements ». Me Faro est d'ailleurs persuadé que la centrale est un « lot de consolation » délivré par l'État alors que Direct Énergie s'était vu refuser deux autres projets, dans l'Oise et en Moselle. Un lot « qui assurera une rentabilité à Direct Energie de 50 M€ par an pendant vingt ans ». Au passage, l'avocat parisien a aussi étrillé le Pacte électrique breton signé entre la Région et l'État. Car il « demande d'adhérer à un certain nombre de fictions ». Parmi celles-ci, la trop forte part d'importation d'énergie en Bretagne (86 %), faute d'une production locale. « Qu'est-ce qu'on devrait dire de l'Ile-de-France qui ne produit que 0,5 % de l'électricité qu'elle consomme ? Pourtant, l'intérêt général ne demande pas de construire des centrales nucléaires en région parisienne ! ».

Décision le 23 juin

Dans ses conclusions, le rapporteur public a, pour sa part, défendu le projet, qui « répond bien à une finalité d'intérêt général ». Et de souligner un « élément sans aucun doute du désenclavement de la Bretagne, potentiellement générateur de retombées économiques et d'emplois ». La centrale devait être opérationnelle fin 2016 mais le chantier était suspendu aux résultats d'une enquête, lancée en novembre 2015 par la Commission européenne sur les conditions de l'appel d'offres remporté en 2012 par le consortium Direct Énergie-Siemens. Le 15 mai, la commission a finalement donné son feu vert, relançant de facto le projet. L'avocat de Direct Énergie n'a pas souhaité commenter les recours au tribunal administratif, préférant attendre les décisions, qui seront rendues le 23 juin.

Commentaires

7 sept. 2017 09:40

I have read several just right stuff here. Certainly worth bookmarking for revisiting. I wonder how much effort you put to create one of these magnificent informative site.

Austin Barchick

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

URL de rétrolien : http://joncour2017.fr/index.php/trackback/13